Mauritanie: le blogueur Mohamed Mkhaïtir remis en liberté

Mauritanie: le blogueur Mohamed Mkhaïtir remis en liberté

Après cinq ans de prison pour un article jugé blasphématoire, Mohamed Ould Cheikh Mkhaïtir a été libéré lundi 29 juillet. Ce blogueur avait dans un premier temps été condamné à mort pour apostasie, depuis il était en résidence surveillée.

L’épreuve de Mohamed Ould Cheikh Mkhaïtir commence en 2014 après la publication d’un article sur internet. Il y dénonçait l’instrumentalisation de la religion pour justifier des discriminations, selon Reporters sans frontières. Discriminations sur la comunauté des forgerons en Mauritanie. Un article jugé blasphématoire envers le prophète de l’islam. Le blogueur est alors condamné à la peine de mort pour apostasie.

S’enchaîne alors un long combat ponctué d’une série de procédures judiciaires et de repentences à la télévision et postée sur sa page Facebook. Sa peine est finalement ramenée à deux ans d’emprisonnement par la cour d’appel. « Il était libérable en 2017 », rappelle RSF dans une de ses vidéos.

RSF

@RSF_inter

🔴🔴 : le blogueur Mohamed Mkhaïtir est enfin libre après près de six ans de détention !

Il avait initialement été condamné à la peine de mort pour apostasie suite à un article publié sur Facebook. https://rsf.org/fr/actualites/mauritanie-le-blogueur-mohamed-mkhaitir-libere-apres-pres-de-six-ans-de-detention 

Vidéo intégrée

Voir les autres Tweets de RSF

Pourtant, le jeune homme était toujours en résidence surveillée. Deux jours avant l’élection présidentielle en juin dernier, le président sortant avait évoqué sa détention administrative : « C’est pour sa sécurité personnelle et aussi pour celle du pays », justifiait Mohamed Ould Abdel Aziz.

Finalement, le blogueur a été libéré le lundi 29 juillet à l’aube, selon l’une de ses avocates Fatimata Mbaye, citée par l’Agence France-Presse. Trois jours avant l’investiture du nouveau président élu Mohamed Ould Cheikh Ghazouani.

Mais il n’est plus en Mauritanie, selon Me Mohamed ould Moine, un autre de ses défenseurs. « Je pense qu’il était contraint de quitter le territoire mauritanien après la vulgarisation de son image par une vidéo montrant ses aveux sous pression filmés dans la grande mosquée de Nouakchott, explique l’avocat. Un traitement humiliant et dégradant qui viole les règles élémentaires des droits de l’homme et les conventions internationales entre la Mauritanie et la communauté internationale. » Pour l’heure, son pays d’exil n’a pas été révélé.

Avant sa libération Mohamed Ould Cheikh Mkhaïtir a, une nouvelle fois, exprimé son repentir devant des leaders religieux. « La justice mauritanienne a libéré mon client depuis deux ans. Il a purgé sa peine depuis bientôt trois ans », rappelle-t-il.

Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières, salue cette libération qui intervient en pleine transition politique.

Cette libération intervient dans un contexte très précis, post-électoral, de transition, avec une passation de pouvoir qui doit avoir lieu d’ici la fin de la semaine. On savait que cette période était une période clé.

Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières
31-07-2019 – Par Laure Broulard

(Visited 13 times, 1 visits today)

You might be interested in

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *